Notre raison d'être

NIKITA - RECEVOIR et DONNER

Découvrez Moïta petit village Massaï de 300 habitants, au nord de la Tanzanie.

Si vous avez prévu de découvrir de nouveaux horizons mais surtout de nouvelles cultures, je vous propose de choisir Moïta.  C’est un magnifique petit village éloigné de toute civilisation au coeur d’un paysage à couper le souffle. Le habitants seront ravis de pouvoir vous héberger au sein de leur maison ou de vous proposer le meilleur emplacement pour votre tente.

J’y suis allée quelques jours en novembre dernier, c’est vraiment magique !

Quelques habitants parlent anglais et pourront jouer le rôle de traducteur.  Neema et Lazaro, les chefs implicites du village ont une culture quasi-occidentale et sauront vous orienter selon vos souhaits, quels qu’ils soient : accompagner les enfants à l’école locale, assister à une messe, comprendre les fonctionnement des puits, découvrir le meilleur safari du coin, visiter les villages alentours en mobylette, découvrir les moeurs locaux…

Parmi les moeurs, justement, il y en a dont souffrent les jeunes filles et que seule l’éducation pourra éradiquer :

  • les femmes du village sont en charge de tout à la maison :
    • construire les huttes et les réparer
    • aller chercher de l’eau au puits  (elles envoient souvent leurs jeunes enfants)
    • cultiver
    • faire à manger pour toute la famille
    • gagner de l’argent (si elles ont des choses à vendre)
    • élever évidemment leurs enfants et les nourrir
    • ménage, lessive et tout le reste.
  • les hommes, inoccupés, s’ennuient, et donc boivent, se battent et battent souvent leurs épouses

Mais le plus difficile à accepter est le mariage des jeunes filles :

    • ces dernières sont mariées de force dès l’âge de 7 à 8 ans
    • c’est la mère qui la « donne » sans la prévenir. Elle prétend souvent avoir besoin d’elle pour un aller-retour au marché et sur le chemin la donne à son mari
    • son mari a souvent une 30aine d’année (entre 18 et 50 ans)
    • les hommes sont polygames
    • si la jeune fille s’enfuit pour retrouver ses parents, elle est tuée par ces derniers à titre d’exemple
    • enceinte dès les première règles, souvent vers 12-13 ans, il n’est pas étonnant qu’elle ait déjà 5 à 6 enfants à l’âge de 20 ans
    • elle n’a pas le droit de sortir de sa hutte avant les 4 mois du nouveau-né car son corps est « sale »

Bref, la condition des femmes, des jeunes filles et même des petites filles est difficilement supportable.

Neema et Lazaro, enfants du village, ont eu la chance de pouvoir aller à l’école, et même de faire des études supérieures. Lazaro est aujourd’hui directeur du lycée de la région. Grâce à l’éducation, ils ont naturellement adapté ces pratiques : ils se sont mariés respectivement à 25 et 27 ans. A aujourd’hui 35 ans, il ont 2 beaux enfants et tous 2 travaillent et partagent les tâches ménagères (ou presque :)). Si vous discutez avec eux, par WhatsApp (je peux vous donner leur coordonnées), ou en live si vous vous rendez sur place, ils sont unanimes, seul l’éducation pourra sauver les petites filles.

Et un projet en bonus :

Comme je déménage bientôt, j’ai décidé de donner l’intégralité de ce qu’il y a à l’intérieur de ma maison aux femmes de Moïta qui pourront s’en servir ou les revendre. Un camion de 70m3 partira de Lyon le 30 juin pour livraison à Moïta le 30 aout. Tout part car les besoins sont extrêmement larges : Canapés, lits, mais aussi, serviettes en papier, cahier, habits, boites, stylos, lampes de poches, rallonges (certaines huttes ont déjà un panneau solaire), enceintes, assiettes, verres, jouets évidement, sacs, valises, casseroles, bijoux, crèmes, maquillage, serviettes hygiéniques (avec le moins de plastique possible -> ils brulent leur déchets), lunettes, chapeaux, vélos, ballons, affaires de sports…

Vous pouvez tout déposer 18 route de Poleymieux, 69270 Couzon au mont d’Or.

Il reste de la place dans le camion donc si vous avez des choses à donner, c’est maintenant que ça se passe.

Neema réceptionnera tout sur place et répartira aux femmes en fonction des besoins de chacune d’entre elles. On est bien d’accord que ce dernier petit projet ne changera rien sur le fond contrairement aux 3 projets principaux, mais il apportera un peu de baume au coeur à toutes ces femmes si courageuses.

Si vous n’avez rien à mettre dans le camion ou pas le temps d’aller jusqu’à Couzon, vous pouvez toujours  faire des dons directement sur le site pour financer les 3 projets principaux.  Si vous le souhaitez, si cela est plus concret pour vous, je peux mettre en place un parrainage d’une petite fille avec qui vous pourrez échangez des photos ou faire un facetime régulier par l’intermédiaire de Neema.

Si l’on peut éviter le mariage trop jeune d’une seule petite fille, c’est déjà ça ! Bien entendu, pour tous les dons financiers, je vous ferai parvenir une attestation de dons vous permettant de bénéficier de 75% de réduction d’impôts (66% pour les entreprises).

Voilà pour NIKITA. Toutes les infos sont en ligne directement sur le site internet : www.fondation-nikita.fr